Demande de rappel téléphonique S'inscrire à la lettre d'information

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > DIVORCE & SEPARATION > LES PERES BOUDENT (VOLONTAIREMENT ?) LE CONGE PARENTAL ?

LES PERES BOUDENT (VOLONTAIREMENT ?) LE CONGE PARENTAL ?

06 03
PERE CONGE PARENTAL

Selon une étude menée par l'OCDE, le congé parental est toujours inégalement réparti entre hommes et femmes.

En France, une réforme applicable depuis janvier 2015 ne semble pas encore avoir les effets escomptés, les hommes ne représentant que 4% des parents qui utilisent le congé parental.

C'est une tendance observable à l'échelle mondiale. Selon une étude de l'OCDE, les hommes ne seraient pas très friands du congé parental.

Et pour cause, si le congé parental rémunéré existe dans 23 des 24 pays de l'OCDE, il reste majoritairement un recours utilisé par les femmes.

Les hommes, en effet, ne représenteraient que 4% des parents qui s'accordent quelques mois pour s'occuper de leur(s) enfant(s) en France.

Une proportion quasiment identique à celle d'il y a dix ans. «Si les hommes prennent habituellement quelques jours de congé paternité juste après la naissance de leur enfant, seuls les plus motivés et les plus courageux utilisent leur droit à un congé parental plus long», note l'étude.

Pourtant, force est de constater que le gouvernement a entrepris des mesures favorables au partage des responsabilités au sein du couple. Depuis janvier 2015, en vertu de la loi pour l'égalité hommes-femmes, la structure du congé parental est redessinée.

Le versement de la PreParE(Prestation partagée d'éducation de l'enfant) sur toute la durée du congé est devenu conditionné au partage de ce dernier au sein du couple.

Autrement dit, pour le premier enfant, la durée du congé peut passer de six mois à un an s'il est réparti entre l'homme et la femme. À partir du deuxième enfant, la PreParE n'est versée que pendant 24 mois (au lieu de 3 ans).

Le complément correspondant aux 12 mois restants peut ensuite être distribué si c'est le conjoint qui prend la suite du congé.

Malgré ces mesures engagées par le gouvernement pour rééquilibrer le congé parental et, dans le même temps, faire des économies, la France fait toujours partie des mauvais élèves aux côtés notamment de l'Australie, de la Pologne et de la République Tchèque où la proportion d'hommes à prendre un congé parental n'est que d'un sur cinquante.

Et si les pères représentent «moins d'un bénéficiaire du congé parental sur cinq» dans de nombreux autres pays, certains membres de l'OCDE font meilleure figure à l'instar de certains pays nordiques et du Portugal où leur part «peut atteindre 40% voire plus».

Il ne faudrait toutefois pas voir le verre à moitié vide. Certes, les hommes restent peu nombreux à recourir au congé parental mais la tendance montre qu'en moyenne de plus en plus de papas l'utilisent.

En Finlande, leur part a doublé entre 2006 et 2013 tandis qu'elle a progressé de dix points sur la même période en Belgique. La France, en revanche, voit son évolution plutôt limitée.

Selon l'étude, les pères hésiteraient à prendre un congé parental en raison des répercussions que cela pourrait avoir sur leurs carrières. L'autre frein serait financier. Si l'homme constate qu'il gagne plus que sa conjointe (l'écart-moyen des salaires dans l'OCDE est d'environ 15% au détriment des femmes), il n'est pas forcément incité à prendre un congé. Pour rectifier le tir, l'étude suggère des congés aux périodes plus courtes mais mieux rémunérées, comme c'est le cas notamment en Allemagne depuis 2007.

La France, elle, représente justement le premier pays européen en termes de durée maximale du congé parental au côté de l'Espagne (156 semaines). Côté prestations, La PreParE est comprise entre 145,63 euros et 390,52 euros.

Elle est établie en fonction du type de cessation d'activité, partielle ou totale. D'autres pays préfèrent fixer le montant versé à une certaine proportion du salaire (100% au Portugal, 67% en Allemagne, etc…).

Quoi qu'il en soit, le congé parental reste inégalement partagé malgré la volonté d'atteindre les 100.000 papas français en congé parental en 2017. Certains économistes affirment même qu'un rééquilibrage pourrait être à l'origine d'une réduction des inégalités dans le monde professionnel.

LES PERES BOUDENT (VOLONTAIREMENT ?) LE CONGE PARENTAL ?
Rejoignons-nous sur Facebook Echangeons sur LinkedIn

Évaluation gratuite de votre dossier

* Champs requis

Newsletter gratuite

Maître Apelbaum vous conseille et répond précisément aux questions que vous vous posez. Dans un but d'accompagnement, à chaque situation : sa solution. Inscrivez-vous à notre lettre d'information.