Demande de rappel téléphonique S'inscrire à la lettre d'information

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > DIVORCE & SEPARATION > La médiation familiale au secours des séparations conflictuelles

La médiation familiale au secours des séparations conflictuelles

14 03

Catégories : DIVORCE & SEPARATION

DIVORCE SEPARATION MEDIATION ENFANTS

Le taux de divorce, toujours en hausse et les séparations chaque fois plus fréquentes, les tribunaux se voient encombrés par des affaires liées à l'autorité parentale.

Les lois du 4 mars 2002 et du 26 mai 2004 sur l'autorité parentale ont prévu la possibilité pour les juges de proposer aux parties de participer à un entretien d'information sur la médiation familiale voire dans des situations très conflictuelles de formuler une injonction pour que les intéressés se rendent à ce premier entretien.

Ce processus permet de rétablir une communication parentale, très souvent mise à mal lors des séparations et de parvenir à des accords satisfaisant chacun des participants et pris dans l'intérêt de l'enfant.

Les personnes en médiation sont libres quant aux thèmes qu'elles souhaitent voir aborder.

Le rôle du médiateur, professionnel diplômé d' Etat, est de parvenir à restaurer un dialogue au sein du couple, faire passer les individus du stade des reproches à celui des besoins, parvenir à une écoute mutuelle des participants pour aborder sereinement l'organisation de vie autour des enfants et notamment leur lieu de résidence, le montant des pensions alimentaires, l'arrivée de nouveaux conjoints...

Les avantages de la médiation.

La médiation permet aux participants de trouver LEURS PROPRES ACCORDS, tenant réellement compte de leurs besoins.

Le conflit parlé en médiation permet d'apaiser le conflit et oeuvre aussi et surtout dans L'INTÉRÊT DE L'ENFANT pour lequel la rupture est d'autant plus difficile à vivre que ses parents se déchirent devant lui.

Par la voie judiciaire « normale » le juge tranche sans véritable discussion entre les parents, chacun se contentant de camper sur ses positions. Ces désaccords cachent souvent d'autres problématiques vécus au sein du couple ou lors de la séparation qu'il est alors possible et souhaitable d'aborder en médiation.

Le cadre de la médiation familiale.

Confidentialité.

Le médiateur familial est tenu à la confidentialité et ne peut révéler à aucun moment la teneur des échanges dont il est le dépositaire.

Impartialité.

Le médiateur ne prend parti ni pour l'un ni pour l'autre.

Neutralité.

Les propres croyances ou valeurs du médiateur n'interviennent pas dans le processus de médiation.

Indépendance.

Le médiateur ne rend pas comptes aux juges, il ne produit aucun rapport.

Liberté.

Le médiateur et les participants peuvent à tout moment interrompre la médiation.

La médiation rend les participants libres et responsables de leurs accords.Les couples peuvent décider en fin de médiation de faire entériner leur accord auprès du Juge aux affaires familiales.

L'espace de médiation offre aux couples l'opportunité d'exprimer leurs émotions, leurs désirs, leurs besoins auprès d'un tiers. Au tiers revient la tâche d'expliciter les véritables enjeux de la séparation, passer d'une communication défaillante à un dialogue apaisé toujours dans l'intérêt de l'enfant.

Actuellement, on estime que seulement 3% des requêtes en matière de séparation sont traités en médiation familiale.

La médiation familiale peut aussi débuter à l'initiative des personnes elles-mêmes, on parle alors de médiations volontaires. Les personnes s'adressent alors à un centre de médiation, en amont, en aval ou pendant la procédure judiciaire.

Rejoignons-nous sur Facebook Echangeons sur LinkedIn

Évaluation gratuite de votre dossier

* Champs requis

Newsletter gratuite

Maître Apelbaum vous conseille et répond précisément aux questions que vous vous posez. Dans un but d'accompagnement, à chaque situation : sa solution. Inscrivez-vous à notre lettre d'information.