Demande de rappel téléphonique S'inscrire à la lettre d'information

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > DIVORCE & SEPARATION > LE BURN OUT AMOUREUX

LE BURN OUT AMOUREUX

16 03

Catégories : DIVORCE & SEPARATION

MARIAGE DUREE DIVORCE BURN OUT

Les statistiques sont terribles:

- les premiers couples divorcent ou se séparent dans une proportion de 50 %.

- Les deuxièmes couples avoisinent les 75 %

- Les troisièmes, 85 %.

Certains auteurs parlent de burn-out amoureux.

Une question de perception

Il est vrai qu’un couple sur deux est aujourd’hui divorcé et on évalue à environ 30 % le nombre de couples qui vivent toujours ensemble mais résignés à long terme, ce qui laisse un maigre 20 % de couples heureux à long terme.

Si vous avez déjà divorcé cela peut signifier que vous avez refusé de vous résigner à vivre une relation insatisfaisante. Il serait donc surprenant de se résigner dans une deuxième, à plus forte raison une troisième relation.

Si cette hypothèse s’avère vrai, il y aurait donc 25 % des deuxièmes couples qui développeraient une relation harmonieuse à long terme et 15 % des troisièmes couples qui y parviendraient aussi. Ce n’est quand même pas si mal.

Les mentalités ont évolué

Autant, il y a à peine quelques décennies les divorcés étaient montrés du doigt, autant aujourd’hui le divorce est devenu «banal».

Des parents poussent leurs enfants à vivre pleinement leur jeunesse et à retarder les engagements sérieux.

Des adolescents encouragent leurs parents à divorcer lorsqu’ils sentent qu’ils sont malheureux.

Tous valorisent le bonheur, au prix des affres d’un divorce même difficile.

Il est vrai qu’aujourd’hui avec une espérance de vie qui est passée de 45 ans en 1850 à plus de 80 ans en 2015 (du moins dans certains pays), l’amour peut de plus en plus difficilement rimer avec toujours.

Il existe une vie après le divorce et elle est souvent meilleure, même si les statistiques semblent démontrer que cinq ans après une crise majeure, les membres des couples qui ont divorcé ne sont pas, en moyenne, plus heureux que les membres des couples qui ont exclu le divorce comme solution.

Dans les deux cas, il y a des hommes et des femmes plus heureux et plus malheureux.

Des sociologues prédisent que nous vivrons bientôt trois ou quatre relations successives de 10 à 15 ans :

- Le premier pour apprendre à vivre en couple.

- Le deuxième pour assurer la survie de l’espèce en remplissant nos fonctions parentales.

- Le troisième serait davantage axé sur un épanouissement personnel et le dernier pour l’empathie et le partage spirituel.

L’idéal serait que ces quatre styles de relations puissent se vivre avec le même partenaire. Mais, même si l’on s’était juré, au moment du divorce, «qu’on ne m’y reprendra plus», la passion et l’amour sont quand même très agréables à vivre.

Les hommes et les femmes qui parviennent à la première ou à la énième relation à être heureux vivent de six à neuf ans de plus que les autres. Il ne faut donc pas désespérer car le couple reste encore le meilleur style de vie que l’on ait trouvé.

 #divorce #apelbaum #avocat

Rejoignons-nous sur Facebook Echangeons sur LinkedIn

Évaluation gratuite de votre dossier

* Champs requis

Newsletter gratuite

Maître Apelbaum vous conseille et répond précisément aux questions que vous vous posez. Dans un but d'accompagnement, à chaque situation : sa solution. Inscrivez-vous à notre lettre d'information.