Demande de rappel téléphonique S'inscrire à la lettre d'information

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > DIVORCE & SEPARATION > LA PILULE ANTI ALCOOLEMIE ARRIVE SUR LE MARCHE

LA PILULE ANTI ALCOOLEMIE ARRIVE SUR LE MARCHE

11 09

Catégories : DIVORCE & SEPARATION

PILULE ANTI ALCOOL ALCOOLEMIE

Alcopal, la pilule qui est censée faire baisser le taux d'alcoolémie, rencontre un vif succès en Angleterre. Le producteur, Arthur Kibble, promet à ceux qui avalent le comprimé de pouvoir prendre le volant après cinq pintes de bière à 0,57 litres chacune. Son coup marketing semble avoir bien fonctionné: depuis plusieurs jours, les stocks de ces pilules, légales en Grande-Bretagne et qu'on retrouve uniquement sur internet, sont épuisés. Alcopal n'est pas autorisé sur le marché suisse, mais peut être acheté en toute légalité sur des sites internet étrangers. «De manière générale, on ne devrait pas faire confiance à ce genre de médicaments miracles vendus sur le web. Nous déconseillons d'en consommer. Je doute qu'Alcopal ait une chance d'obtenir une autorisation pour la Suisse. Malgré cela, il n'est pas interdit de s'en procurer. Mais il faut respecter un certain quota de pilules par mois», rappelle Ruth Mosimann, directrice de l'unité de contrôle des médicaments illégaux chez swissmedic.

Le test

 

Les pilules sont arrivées par la poste. Les cinq comprimés ressemblent à des pastilles Mentos et n'inspirent pas confiance, selon nos collègues alémaniques. La notice d'emballage est composée de quatre phrases: trois pilules sont à prendre avant la première bière et les deux autres après la dernière. Ce produit est déconseillé aux femmes enceintes. L'effet de l'Alcopal a été testé avec un éthylomètre de l'entreprise Dräger, soit les mêmes appareils utilisés par la police. Le résultat s'est avéré plus que décevant. Les effets secondaires constatés: un besoin accru d'aller aux toilettes ainsi que des flatulences désagréables.

Interdiction revendiquée

Selon Arthur Kibble, c'est la molécule Siméthicone, contenue dans l'Alcopal, qui empêcherait une partie de l'alcool d'aller dans le sang. Il garantit ainsi des résultats à l'alcootest jusqu'à neuf fois moins élevés. La police, différents experts ainsi que plusieurs associations anglaises de victimes de la route militent pour une interdiction de vente de ces pilules trompeuses. Car, si ces dernières permettraient de fausser les résultats des conducteurs lorsqu'ils soufflent dans un ballon, ces comprimés ne diminuent en rien l'état d'ivresse, selon «20 Minuten».

Résultat décevant

Curieux, nos collègues alémaniques ont voulu savoir ce qu'il en était de ce produit miracle. Ils ont commandé sur le net une dose de pilules à 30 francs, sans les taxes ni les frais de transport. Le résultat a été plus que décevant: après 2,3 litres de bière, le «cobaye» avait 0,72 pour mille dans le sang. Après une telle quantité d'alcool, le taux moyen se situe à 1 pour mille, selon le calculateur en ligne du bureau de prévention des accidents. Même si l'Alcopal a eu un minimum d'effet, le testeur n'aurait quand même pas pu prendre le volant.

Silvan Granig de RoadCross se montre rassuré: «On se doutait déjà que ce comprimé n'allait pas tenir ses promesses. Le test l'a clairement démontré.»

Rejoignons-nous sur Facebook Echangeons sur LinkedIn

Évaluation gratuite de votre dossier

* Champs requis

Newsletter gratuite

Maître Apelbaum vous conseille et répond précisément aux questions que vous vous posez. Dans un but d'accompagnement, à chaque situation : sa solution. Inscrivez-vous à notre lettre d'information.