Demande de rappel téléphonique S'inscrire à la lettre d'information

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > PRENOM & NOM > LES PRENOMS BRETONS

LES PRENOMS BRETONS

03 08

Catégories : PRENOM & NOM

PRENOM CHANGEMENT BRETON

Nous vous parlons d'un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître... Si aujourd'hui les prénoms Fanch, Gwenn, Goulven... courent les rues, c'est en partie grâce à une famille de Moëlan-sur-Mer qui s'est livrée à un combat acharné au cours des années 1960. Voici le tableau : une famille de douze enfants, dont les premiers sont nés à Paris, où tout ce petit monde était domicilié. Une famille d'origine finistérienne qui avait choisi de donner des prénoms bretons à ses petits.

Entre 1946 à 1955, le couple parvient, non sans mal, à faire accepter des mairies qu'elles inscrivent les prénoms bretons des six premiers bébés sur les registres d'état civil. Après avoir tout de même entendu... qu'il eût été préférable de choisir, comme tout le monde, ceux figurant sur le calendrier. A comme Alphonse ou Anatole, B comme Bertille ou Bienvenue, G comme Gertrude ou Gervaise. Ou encore ceux de personnages connus dans l'histoire ancienne.

A comme...

Mais allez donc savoir pourquoi, à partir de 1956, date de la naissance du septième enfant, changement de méthode. La famille essuie un refus net et sans appel. Plus de prénom breton. Mais qui dit pas de prénom, dit pas de bébé enregistré à la naissance. Et donc dit enfant sans existence légale. Avec tout ce qui en découle pour la famille : allocations familiales supprimées, maman poursuivie pour non-déclaration d'enfant à la naissance.

La famille décide alors de se lancer alors dans un parcours judiciaire. Long et probablement douloureux. L'histoire ubuesque devient l'affaire des prénoms bretons. Elle est largement relatée dans les journaux de l'époque... Et il faudra attendre 1966 pour avoir vraiment le droit de s'appeler Erwan, Katell ou Soazig.

La semaine prochaine : Marion du Faouët : Robin des bois en coiffe et en jupon

Cette série est réalisée avec la participation d'Annick Le Douget, greffière au tribunal de Quimper. Elle relate cette histoire dans son dernier livre « Crime et Justice en Bretagne » aux éditions Coop Breizh.

Rejoignons-nous sur Facebook Echangeons sur LinkedIn

Évaluation gratuite de votre dossier

* Champs requis

Newsletter gratuite

Maître Apelbaum vous conseille et répond précisément aux questions que vous vous posez. Dans un but d'accompagnement, à chaque situation : sa solution. Inscrivez-vous à notre lettre d'information.